CAROLINE DECLOITRE

PARCOURS 

L’impulsion du travail de Caroline se situe dans une recherche d’hybridité de différents médiums artistiques, et plus particulièrement de la danse et du théâtre.

Sa démarche d’écriture de plateau s’empare des phénomènes sociaux quotidiens de notre temps en explorant les sensations et affects physiques qui y sont liés. 
Caroline navigue entre la mise en scène, l’écriture, l’accompagnement dramaturgique et le jeu.
Au cours de sa formation au théâtre de l’Iris (Villeurbanne) et en licence Arts de la scène, Caroline développe un intérêt accru pour le mouvement et l’expressivité du geste. Elle se tourne alors vers la danse contemporaine et intègre un master Danse / Pratiques performatives (Université de Lille / direction de recherche Philippe Guisgand).
Elle approfondit sa pratique artistique en participant à de nombreux stages animés par des
metteur·euse·s en scène, chorégraphes et créateur·rice·s sonores tel·le·s que Jan Martens, Davis Freeman, Delphine Jungman, Steven Michel, Mohamel El Khatib, Laurent Leclerc, François Perrache, collectif Transmission...
Elle collabore ensuite avec différent·e·s artistes (Les Nouveaux Ballets du Nord Pas-de-Calais, Cie Velum, collectif Suivez Moi Jeune Homme, cie du Sabir, La Coma, Plateforme Bonjour, Théâtre de Cristal...).
Sa recherche théorique l’ayant amenée à questionner les «corps hors normes de la scène
contemporaine», Caroline montre dans sa création un intérêt particulier pour les corps pluriels, les corporéités contradictoires. Elle collabore ainsi avec des interprètes aux univers, aux langages et aux corps variés. L’hybridité des formes est au coeur de sa démarche et dessine son univers poétique
et chorégraphique.
Dans le cadre du dispositif Pas-à-Pas (DRAC Hauts-de-France), Caroline est accompagnée en 2019 par la compagnie de l’Oiseau-Mouche (Roubaix) et assiste à cette occasion Michel Schweizer (La Coma) dans la création du spectacle Les Diables. Ce Pas-à-Pas lui permet également de développer les premières recherches autour de Puisque nous sommes sauvages, une forme pluridisciplinaire autour de la fête et de la sociabilité.
La saison suivante, cette création bénéficie du dispositif Happynest #3 - plateforme de l’émergence du collectif Superamas. 

Avec HEJ HEJ TAK 

Caroline est auteure et metteuse en scène des deux premières créations de la compagnie : Tout va bien. Tout va bien aller maintenant. et  ​Cohérence des Inconnus.

Elle est interprète dans diverses formes créées dans le cadre de formes In situ. 

En 2021, elle crée Boucan ! avec Lauriane Durix et Puisque nous sommes sauvages.

Elle travaille actuellement à la création de RESTER RIVAGE, une co-création de docu-fiction autour de l’histoire d’un village englouti qu’elle porte avec Lauriane Durix et Marie Bourin. 
 

CE QU'ELLE EN DIT 

« 

Taper du pied 

Trouver l'élan. 

Ecrire au plateau 

Fabriquer avec les accidents 

MA VIRTUOSITE SE SITUE DANS MES ENDROITS D'INCOMPETENCE.

J'aime travailler à ce que je ne sais pas encore faire, avec des personnes qui ont des champs d'expertise et des langages qui ne sont pas les miens. Je cultive cette liberté qu'on peut avoir quand on se met à faire des trucs nouveaux. 

Chérir la pluralité, le multicouche, plutôt que les interprétations univoques.

Prendre soin de nos contradictions plutôt que de chercher à les résoudre.

Créer des spectacles qui donnent de la valeur aux petites choses, au quotidien plutôt qu'à l'héroïque.  

Appréhender le réel comme matière à créer et à jouer.

Donner corps à nos paradoxes. 

C'est ce qui m'anime et ce qui me mène à travailler avec des interprètes pluriels, aux langages et parcours différents. Mon rôle est alors de créer avec l'univers que chacun apporte, de provoquer la rencontre puis de mettre en forme ce qui en jaillit.
Mes ambitions ne sont alors pas tant de chorégraphier un beau moment de danse mais de faire émerger le geste chez le non-danseur, de faire résonner juste le verbe chez le non-acteur. 

La figure du collage, du photo-montage, de la superposition plane sur mon approche de l'écriture de plateau. J'aime travailler avec des matériaux de recherche les plus variés, du poème à l'article de presse, de l'oeuvre de photographe à la vidéo de youtubeurs. 

DU COLLECTIF DU COLLECTIF DU COLLECTIF DU COLLECTIF DU COLLECTIF

visage3bis.jpg

 Je fais des spectacles aujourd'hui parce que : 

 

j'ai lu CITY de Alessandro Baricco

 

 j'ai vu LA CHAMBRE D'ISABELLA de Jan Lauwers (qui m'a fait éprouver le besoin de créer une compagnie) 

 

j'ai lu LA MAISON DANS LAQUELLE de Mariam Petrosyan (et je me suis sentie orpheline quand je l'ai fini)

 j'ai lu CHEZ SOI de Mona Chollet (qui a transformé mon rapport à l'espace intime/public) 

 

 j'ai découvert Francesca Woodman

 

 j'ai vu  TEN METER TOWER, court métrage de Maximilien Van Aartrych 

 

j'ai lu NOTES SUR LA MELODIE DES CHOSES de Rainer Maria Rilke

j'ai lu OH BOY de Marie-Aude Murail quand j'avais 10 ans

 

j'ai vu la série GIRLS de Lena Dunham en même temps que j'ai découvert le cinéma de Chantal Akerman 

tumblr_mvedyyLwQ51r6w3qso1_r3_500.gif
Femme orange final.jpg