top of page

RESTER RIVAGE 

ENQUÊTE DEPUIS LA RIVE est une enquête radiophonique en 7 épisodes qui suit Lauriane, Marie et Caroline dans leur recherches autour du village englouti de Naussac. Du fantasme aux rencontres avec plusieurs personnes ayant vécus l’engloutissement, elles se rendent compte que cette histoire résonne en elles mais aussi avec des luttes contemporaines.
 

Dans ce premier épisode, on découvre l'histoire de Naussac.
Naussac, c'est un lac, de presque 1000 hectares. Il attire touristes et pêcheur·euse·s à la haute saison. Mais il y a 40 ans, Naussac, c'était un village. Un village qui a été englouti par la création de ce lac. Les habitant·e·s ont été exproprié·e·s. Les maisons ont été vidées. Les mort·e·s ont été déterré·e·s.

On essaie d’imaginer comment ça a dû se dérouler, comment on déplace des personnes, comment on noie un village. On fantasme les ruines, les sentiments, les exils. Et on se dit qu’il faut qu’on en sache plus, qu’il faut qu’on retourne à Naussac et qu’on rencontre des personnes, sur place.

L’enquête commence.

une création sonore écrite et réalisée par caroline décloitre et lauriane durix

d'après une idée originales de marie bourin, caroline décloitre et lauriane durix

musique et mix yolande bashing

 

Enquête depuis la rive a été réalisé en écho au spectacle RESTER RIVAGE.

Merci aux Scènes Croisées de Lozère (48), à l'association les Fadarelles (48), à la mairie de Naussac-Fontanes (48), à l'office du tourisme de Langogne (48), au Grand Bain - la Madelaine-sous-Montreuil (62) et au département de la Lozère (48) pour leur soutien.

Pour démarrer notre enquête, nous cherchons à contacter des personnes sur place, à Naussac. On appelle des gens. On leur pose des questions. On essaie de comprendre pourquoi ce barrage a été construit à cet endroit, précisément. On en apprend plus sur le lac et son fonctionnement. Et au fur et à mesure qu'on avance dans ces prémisses d'enquête, on se rend compte que cette histoire résonne différemment pour chacune de nous trois et fait écho à nos histoires personnelles de disparition et de lieu-héritage.

En août 2022, nous nous retrouvons à Naussac. On commence notre séjour par un entretien avec Michel Assénat, un agriculteur retraité qui a été très impliqué dans les luttes menées à l’époque, en 1976, contre la construction du barrage. Il a conservé des centaines et des centaines d’archives, il comprend tout, connaît tout le monde, à une vision très précise et pointue du lac, de son fonctionnement jusqu’aux enjeux politiques qui sous-tendent son exploitation. Il raconte les gens expropriés, les maisons détruites, la lente mise en eau qui a duré 2 ans. Il nous partage son savoir ainsi que les films qu'il a réalisés à l'époque.

Puis il nous emmène en balade, jusqu'à la cascade du Donozau qui alimente le lac.

La source.

On rencontre Jean-Claude Chazal, un ancien député de Lozère qui a aussi été professeur d'histoire géo. Avec lui, on apprend beaucoup sur la géologie de la vallée et le contexte géographique de Naussac. Il nous partage également ses souvenirs et son regard sur les luttes menées contre le barrage dans les années 80. Au cours de cet entretien, on comprend d'avantage les erreurs et les ratés qui ont été commis.

On rencontre ensuite Paul Durand, le premier habitant de Naussac à avoir vendu sa maison en 1976. Il n'a pas cru que les manifestations arrêteraient le projet du lac alors il a plutôt chercher à défendre ses droits. Avec son association, il a essayé d’aider la population à négocier autant que possible leurs intérêts lors des expropriations.

On rencontre Jean-Louis Brun et Alain Gaillard, maire et maire adjoint de Naussac-Fontanes, la commune nouvelle. Ils nous racontent quel rapport à la mémoire et au passé ils entretiennent en tant qu’élus. Il nous parle de la place que joue cette histoire dans le village aujourd’hui. Comment on fait acte de transmission, 40 ans plus tard, quand il ne reste plus que des ruines au fond de l'eau.

On retrouve ensuite Josette Pillet chez elle. Elle nous raconte ses anecdotes du village, avant, ce qu’elle en a gardé, ce qu’elle en a transmis aussi à ses enfants et petit·e·s-enfants. Elle nous parle de son rapport à sa mémoire, et à ses souvenirs qui peu à peu s’envolent. Michel nous rejoint chez Josette pour nous montrer ses films d’archives.

Josette et Michel cherchent à mettre un nom sur chaque visage, iels racontent à deux voix la vie de chaque personne qu’on voit sur l’image patinée. 

On a rendez-vous avec Bruno qui a co-créé un théâtre à quelques kilomètres de Naussac. Un théâtre qu'il s'apprête à transmettre pour prendre sa retraite. Il nous raconte son arrivée dans la région, et surtout, nous parle d'héritage et de transmission. Comment on se prépare à partir ? Comment on se prépare à transmettre le lieu qu'on a créé? Comment est-ce qu'on co-habite avec nos mort·e·s ? Comment on se recueille ?

Cette rencontre nous emmène sur les traces de fantômes et nous conduit à la recherche de celles et ceux qui ne sont plus là.

On retrouve Jérôme Bouard, pêcheur et guide nature sur le lac de Naussac. Il nous explique comment tout un écosystème a pu se développer dans ce lac. Comment les poissons, les oiseaux, les algues ont pu y trouver refuge. Comment la vie s'est déployée sur les ruines.

Puis avant de quitter de Naussac, on invite pour un grand repas les personnes que nous avons rencontré au cours de notre enquête . Celles et ceux qui sont resté·e·s.

On se retrouve, on discute, on partage des souvenirs, on se raconte des anecdotes.

Puis on se dit au revoir.

bottom of page